> Accueil

> Rechercher

> Télécharger

>  

 

> Revue Regard
> conscient

> Copyrights



Terrorisme et mutilations : le monde saisi d’effroi

par Sylvie Vermeulen


Résumé : Les attentats du 11 septembre 2001 seraient-ils l’expression extrême des violences infligées de par le monde à l’intégrité génitale des enfants ? Une telle hypothèse semble plausible, si l’on considère le symbolisme des cibles choisies par les terroristes.

 

Sans introspection, l’Homme ne peut pas imaginer la violence qu’il a subie en tant qu’enfant. Il ne peut donc pas faire les liens de cause à effet entre ce qu’il vit tous les jours et son passé. Alors, il se fait croire qu’il est victime d’un présent dramatique dont il doit constamment gérer l’éphémère équilibre. Les victimes de la tragédie du 11 septembre ont été sacrifiées au nom de cette souffrance enfouie en chacun et qui cherche inlassablement les voies – les voix – de sa libération.

L’enfance des Hommes est à l’image du drame humain que véhicule chaque parent. La terreur est au cœur des religions juive, chrétienne et musulmane. L’adulte doit craindre Dieu et Dieu est terrible dans son châtiment. Les rites sont radicaux. Inscrits dans la chair et l’âme des enfants, ils modifient leur rapport à l’autre et à la vie. Il en est ainsi pour la circoncision, l’excision, les châtiments corporels et les humiliations subis par les enfants.

Bien que la circoncision ne soit pas une obligation coranique, elle est pratiquée sur tous les musulmans entre 3 et 7 ans. En Amérique, la grande majorité des hommes sont circoncis. Et il y a, dans le monde, au moins 100 millions de femmes excisées. Tous ces rituels incluent systématiquement un processus de refoulement des souffrances subies et des sentiments que l’agression suscite. Souvent pratiqué à vif, chaque rite ordonne une soumission totale et aveugle aux lois, croyances et idéaux de ses commanditaires.


Une incroyable mise en actes

Bien que l’Homme ait la faculté de refouler ses souffrances et d’aveugler sa conscience, il ne peut en aucun cas maîtriser un processus de libération inhérent à sa nature. Il rejoue donc ses traumatismes sur les différentes scènes de la vie.

Les tours du World Trade Center incarnaient la puissance virile des américains, mais elles représentaient également celle des terroristes. Elles ont été percutées au niveau symbolique du prépuce par des avions qui dévoilèrent l’arme de la transgression en même temps que l’inflexibilité parentale. L’impact a provoqué une terrible sensation de brûlure qui enflamma toute l’extrémité, avant que l’édifice entier ne s’effondre lentement sur lui-même.

Au-delà de toutes explications, le monde entier est témoin de la mise en oeuvre d’une détermination qui mène les terroristes à leur propre martyre. Il appartient à ceux qui ont vécu la circoncision d’accueillir leur souffrance et de partager cette épreuve afin que nous puissions tous réaliser les conséquences d’un rite mutilant très répandu.

Vu du ciel, le Pentagone - plus grand bâtiment du monde – manifeste la puissance vulvaire. Son architecture symbolise l’organe féminin. Le Boeing 767 s’est abattu sur l’aile sud du ministère de la Sécurité et de la Défense, laissant après l’explosion un trou béant évoquant l’excision. La femme abrite naturellement la vie. Elle la protège et la défend, et c’est précisément au c?ur de cette puissance qu’elle est profanée, agressée et mutilée. L’énergie vitale de la jeune fille s’effondre puis s’embrase sous le choc mais elle est contrainte de refouler ses sentiments et de s’adapter aux traditions. Là encore, il appartient à celles qui ont vécu ce traumatisme d’accueillir leur souffrance et de la partager afin que nous puissions tous mesurer les conséquences d’un tel passage à l’acte.

Pour conserver l’illusion d’une mère, d’un père, d’un chef ou d’un leader juste, droit et héroïque, les Hommes ont pris l’habitude de projeter sur des ennemis sélectionnés ce qui risquait de souiller l’image idéalisée de leurs parents et de leur communauté. C’est ainsi que les leaders ont tout pouvoir pour distribuer les rôles, organiser les drames et justifier leurs actes.

Les rejouements collectifs – dont la raison d’être est d’interpeller les consciences – sont alors mis au service du Pouvoir. Ce dernier cherchera toujours à réactiver certains réflexes conditionnés de la prime enfance: soumission, obéissance et discipline.

La terreur, l’aveuglement et le mensonge ont pris possession du cœur des adultes. La force, la vérité et l’amour demeurent au cœur des enfants accueillis, reconnus et respectés dans leur intégrité physique, psychique et spirituelle.

Sylvie Vermeulen

© S. Vermeulen – 01.2002 / www.regardconscient.net