> Accueil

> Rechercher

> Télécharger

>  

 

> Revue Regard
> conscient

> Copyrights



Comment on crée l’opinion

par Sylvie Vermeulen


Résumé : L’adulte d’aujourd’hui est terrifié à l’idée de ressentir et de nommer justement son vécu refoulé. Le Pouvoir entretient valeurs et croyances dans le but de maintenir la population dans un état émotionnel propice à la formation d’une opinion publique exploitable.


L’opinion publique se crée, s’entretient, se manipule en fonction des besoins du Pouvoir en place. Elle est contrôlée par la gigantesque industrie des relations publiques. Des milliards sont dépensés chaque année dans ce but. Et pourtant, véritable ballon de baudruche, elle reste une expression humaine très éphémère. Tout l’art de cette industrie est de l’entretenir afin qu’elle puisse être saisie à tout moment pour justifier les décisions de nos gouvernants.

Quel est ce lieu de mystère où se forme l’opinion publique ? Je pars d’une évidence : cette dernière se crée à partir d’opinions individuelles. Les miennes, les vôtres nourrissent cette nébuleuse. Dès lors comment puis-je reconnaître en moi ce qui différencie une opinion d’une vérité ?

Prenons un exemple. Actuellement la majorité de la population pense qu’une société qui se dit démocratique est démocratique. Mais il y a deux manières de concevoir cette notion : l’une nous parle de la souveraineté des citoyens, l’autre d’une élite dotée des capacités requises pour donner un sens aux choses. Selon cette dernière, seule une poignée de responsables peut comprendre en quoi consiste le bien commun et décider de ce qui est important pour la collectivité, puisque ces notions échapperaient complètement à la majorité de la population. La première conception de la démocratie se donne à voir dans les manuels scolaires et les centres d’informations de nos institutions et la seconde reste cantonnée dans les couloirs du Pouvoir. Le tout ressemble fort à une manipulation mentale.

L’opinion publique qui consiste à croire en une démocratie effective ne tient qu’à un fil: celui de la propagande. Elle ne résiste pas au vécu de chacun pour peu que nous prenions le temps de réaliser et de nommer ce dernier. Sentir par soi-même et nommer ce senti restent les deux forces qui rendent obsolète la puissante démagogie du Pouvoir.

Et c’est ici que réside le mystère. L’adulte d’aujourd’hui est terrifié à l’idée même de ressentir et de nommer justement son vécu refoulé. Il s’identifie à ce qu’il manifeste. Le Pouvoir se dresse sur cette aberration. Il entretient valeurs et croyances, comme – par exemple – la grandeur de la France et la petitesse de l’Homme. Il propage des informations triées sur le volet et manipulées dans un seul but : maintenir la population dans un état émotionnel propice à la formation d’une opinion publique exploitable.

C’est sur ce malentendu que nous sommes tous impliqués.

Sylvie Vermeulen

© S. Vermeulen – 06.2001 / www.regardconscient.net